Que mange-t-on au Vietnam ?

Le Vietnam est une destination à mille facettes qui se découvre de différente manière. Il abrite de nombreux trésors à découvrir absolument. L’on peut se laisser envoûter par la beauté de ses paysages époustouflants. L’on y vient pour différentes raisons. Sa gastronomie fait partie des trésors à découvrir dans le pays. C’est une autre manière de mieux comprendre l’identité de ce pays fabuleux. Voici donc les principaux plats à déguster au Vietnam.

La cuisine vietnamienne

Celle-ci a ses propres caractéristiques. La cuisine vietnamienne à une identité qui lui est propre. Elle est raffinée, diététique et plus saine. Pourtant elle est tout à fait abordable. Même si les Vietnamiens s’inspirent parfois de la cuisine chinoise, elle est beaucoup plus légère, mettant à l’honneur les herbes et les légumes naturels. C’est la destination parfaite pour ceux qui souhaitent profiter d’inoubliables vacances tout en gardant leur ligne.

Le riz

Le riz fait partie des ingrédients de base de la cuisine vietnamienne. Les habitants utilisent trois variétés de grains de riz dans leur plat : le riz normal dont les grains sont blancs et ronds, le riz gluant avec grains opaques qui est surtout utilisé pour les offrandes et les gâteaux, et le riz parfumé qui ont des grains longs.

Les soupes

La soupe est toujours présente à table et fait partie des spécialités culinaires vietnamiennes.
– Phở est une soupe faite avec des nouilles. Ce plat est très présent dans le Nord, mais a réussi à gagner l’ensemble du territoire Vietnam. Il est même devenu le symbole culinaire du pays.
– Miến lươn est une soupe à base d’anguilles mélangées avec des vermicelles transparents.
– Bún thang est une soupe de nouilles de riz composée d’omelettes, de crevettes et de morceaux de poulet.
– Lẩu est similaire à un pot-au-feu ou à à fondue chinoise « tả pín lù ». Le bouillon est fait à base de feuilles potagères, d’herbes, de légumes et de fruit de mer. Ce plat est préparé lors d’un repas convivial et se partage toujours en plusieurs. Il est souvent présent durant les repas en famille ou les repas d’affaires.
– Mì est une soupe faite à base de nouilles jaunes qui ont été confectionnées manuellement avec de la farine de blé.

Les plats traditionnels

Les plats traditionnels japonais se déclinent en plusieurs variétés.
– Les Nem constituent également un symbole culinaire du Vietnam. Les nems sont confectionnés à l’aide d’une crêpe de riz garnie de chair de crabe, de petits vermicelles, de chair de porc, de porc, des tranches d’oignons et de champignons de mer. La crêpe est ensuite enroulée en forme de cylindre, et frit dans une huile bien chaude.
– Bánh cuốn qui est également connu sous le nom de « ravioli vietnamien » est fait à base de pâte de riz farcie avec de la viande de porc hachée et de champignon noir. Les raviolis sont ensuite cuits à la vapeur pour préserver la saveur de chaque ingrédient.
– Chả cá est une spécialité culinaire typique du Nord. Le plat est fait avec du filet de poisson frit accompagné de vermicelles de riz et d’herbes aromatiques ainsi que de quelques grains de cacahuètes grillées.
– Ốc nhồi est un plat à base de farce d’escargots enroulée dans une feuille de gingembre. L’ensemble sera cuit à la vapeur dans une coquille.
– Chạo tôm est un plat à base de bâton de canne à sucre enveloppée dans une pâte de crevette.
– Canh chua est une soupe à base de légume et de poisson. Il est agrémenté avec du tamarin pour lui offrir un goût aigre-doux.

Les pâtisseries et les confiseries

Les pâtisseries vietnamiennes ont une multitude de goûts et se déclinent aussi bien en version salée qu’en sucrée.
– Bánh chưng est un gâteau salé que les habitants mangent pour célébrer le Nouvel An. Il a la même réputation qu’ait le foie gras en France. Il est fait avec du riz gluant placé dans des feuilles de bananier et de feuilles de cocotier.
– Bánh bao est une sorte de brioche fourrée à la viande de porc, de champignons parfumés et d’oignon.
– Bánh dẻo se mange durant les fêtes de Mi- automne. Ce gâteau est fait à base de farine de riz gluant et garni de fruits confis, de graisse et de graines de sésame. Il se mange avec du thé au jasmin pour atténuer son goût très sucré.
– Mứt est une confiserie faite avec de fruits confits que les habitants mangent durant la fête du Tết (le Nouvel An vietnamien). Vous pouvez cependant en trouver dans les magasins spécialisés.

Les desserts

Les Vietnamiens ne mangent d’entremets sucrés que rarement. Pour eux, un dessert est souvent constitué soit d’une pâtisserie ou d’un mélange de fruits frais. Ils consomment en dessert des ananas, de l’orange, de la papaye et du pamplemousse. Ils privilégient également les fruits exotiques tels que les mangues, les ramboutans ou encore les jaquiers même s’ils sont rares.
– Chè est fait à base de haricot blanc, de maïs ou de patate douce. Le dessert sucré est ensuite nappé de lait de noix de coco.

Les boissons

– L’eau
Généralement, l’eau du robinet n’est pas potable. Il faut boire uniquement de l’eau minérale qui a été ouverte devant vous. Munissez-vous de votre propre bouteille d’eau si vous partez à la campagne être sûre de la provenance de l’eau. Si l’on vous propose de l’eau en Thermos, vous pouvez en boire, car celle-ci a été bouillie et ne présente donc aucun risque.
– Le thé
C’est la boisson nationale au Vietnam. Il est proposé gratuitement dans les restaurants. Le thé vert est le servi dans les établissements hôteliers. Il se boit dans un petit bol en porcelaine. Selon son mode de préparation, le thé peut avoir une saveur délicieuse ou plus âcre.
– La bière
La bière est très répandue au Vietnam et vendue bon marché. Aux bistrots, vous pouvez consommer de la bia hơi. Cette bière locale est d’une fabrication locale. Elle est très économique et facile à avaler.
Vous pouvez également tenter l’expérience de la Saigon, la Tiger ou encore de la 333 qui commencent à avoir du succès auprès des habitants. Si vous visitez le sud, ne manquez pas de faire un tour au BGI (Brasseries et Glacières d’Indochine).

– Le café
Souvent oublié à l’instar du thé, le café est également très apprécié par les Vietnamiens, même s’ils ne sont pas nombreux à en boire par rapport à la France. Le Vietnam est le second producteur de café dans le monde après le Brésil. Il est vendu en forme de filtre et se prépare en douceur pour faire ressortir son arôme. Il doit être concentré avec un goût un peu caramélisé et boit souvent avec du lait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *